Les métiers de la banque et des finances

De nombreuses études visant à démontrer quel serait le « type d’employeur idéal » aux yeux des nouveaux diplômés, ont été réalisées auprès de jeunes étudiants en école de commerce ou d’ingénieur, notamment en France. Toutes ont été catégoriques : Les banques sont les employeurs privés les plus prisés par les jeunes diplômés déterminés à  emprunter l’ascenseur professionnel.

Le secteur de la banque et des finances est en perpétuelle expansion. En France, chaque année, plus de 17 000 recrutements sont effectués par les banques. En Algérie, le secteur n’est pas moins vorace en besoins humains, quand on sait qu’une banque, en moyenne, compte dans ses rangs 300 métiers différents, tous domaines confondus. Ce besoin toujours plus avide de compétences est dû, entre autres, à la rude concurrence entre les différents acteurs du domaine.

Il n’est pas question d’établir une liste exhaustive de tous les métiers du domaine des banques, tant ils sont légion, mais simplement de tracer un semblant de guide pour les futurs diplômés souhaitant investir leur futur carrière dans ce secteur d’activité, en triant par catégories les postes les plus connus et les plus prisés.

Les commerciaux :

C’est bien connu, les profils commerciaux sont les plus recherchés par les employeurs banquiers. Ils occupent à eux seuls plus de la moitié de la masse salariale d’une banque, en moyenne. La cause la plus probable à cela est que les banques investissent de plus en plus dans leur service clientèle afin de fidéliser leurs clients et prospects. Démarche nécessaire compte-tenu des rivalités concurrentielles entre les différentes banques.

Cette catégorie, par sa polyvalence, saura en ravir plus d’un, puisque les postes commerciaux varient selon le niveau et l’orientation des études des candidats :
Le Chargé d’accueil : Nécessite rarement des études supérieures poussées dans le domaine de la finance. Le chargé d’accueil reflète l’établissement dans le sens où il est le premier contact entre le client et la banque. Son image se veut irréprochable. En front office, il s’occupe d’accueillir, d’orienter, de conseiller les clients concernant les différents produits et services proposés par la banque, voire même d’effectuer des transactions rudimentaires (virements, remise de chèques, etc)

Le Chargé d’affaires : Un Master en Banques et Finances, ou autre diplôme d’une école de commerce est généralement requis pour ce poste-ci. Le Chargé d’affaires possède ce que l’on appelle un « portefeuille client », un certain nombre d’entreprises (petites, moyennes, ou grands groupes, selon l’expérience du chargé d’affaires), dont il est responsable. Son travail consiste essentiellement à assurer le suivi continuel de ces entreprises, en analysant leur situation financière et leurs risques, mais également en leur proposant, dès que l’occasion se présente, les différents produits proposés par son employeur. En plus d’une capacité de négociation redoutable, le chargé d’affaires doit également être apte à mettre en confiance les clients dont il a la charge, notamment grâce à ses connaissances étendues du monde de l’entreprise et de la finance.

Le Chargé d’études commerciales : Plus axé Marketing que Finances, le chargé d’études commerciales a pour tâche, entre autres, de réaliser des études de marché. Il doit prendre connaissance des attentes et des besoins des clients, mais également des offres concurrentes, afin d’assurer aux produits de sa banque un succès optimal lors de leur lancement. Selon le type d’employeur et son niveau d’expérience, le chargé d’études commerciales peut être amené à élargir son champ de compétences jusqu’à l’élaboration de stratégies marketing et la conception de méthodes de commercialisation des produits.

Les Financiers :

Les financiers sont le centre névralgique des banques puisqu’ils assurent, de manière directe ou non, les diverses opérations financières de ces dernières. Polyvalence, connaissances en finances et savoir-faire pointu sont autant de qualités indispensables pour accéder à ces postes.

Le Gestionnaire de Patrimoine : Conseiller par excellence des clients et partenaires dont il a la charge, le gestionnaire de patrimoine est un fin analyste. Il prend connaissance des conditions financières et humaines de ses collaborateurs, dans leurs moindres détails. Il anticipe les risques grâce à sa parfaite connaissance des différents marchés, et conseille au mieux sur les pistes et les plus profitables à adopter pour ses clients, en termes de marchés et d’investissements. Son sens aigu du détail lui permet d’étudier au peigne fin les situations de ses clients de manière particulière. Un bac +5 en Gestion de Patrimoine est le plus souvent exigé pour ce poste particulièrement délicat.

L’Opérateur de Marché (Trader) : Le fameux trader tant mythifié dans l’univers cinématographique. Qu’en est-il réellement de son travail ? Le trader, comme indiqué ci-haut, est avant tout un opérateur. Il n’est jamais en contact direct avec ses clients ou ses partenaires. Armé d’un ordinateur et d’un téléphone, il réalise continuellement des transactions commerciales pour le compte de son employeur direct (Banque, Société de bourse, etc), ou de ses clients, souvent par le biais d’intermédiaires. Celles-ci se présentent généralement sous-forme d’achat et vente d’actions, de taux de change ou d’obligations. Il doit être constamment à l’affût de l’actualité économique nationale et internationale, afin de mieux gérer ses portefeuilles. Aussi, une maîtrise de l’Anglais est indispensable pour assurer pleinement ses tâches, puisqu’il est plus ou moins souvent amené à opérer sur le marché international. Là encore, pour accéder à ce graal du monde de la finance, un bac +5 en finances ou un diplôme d’une école de commerce ou d’ingénieur est le minimum requis.

Analyste Financier : Proclamé maître de la bourse. Son travail consiste principalement à analyser les situations financières et humaines de toutes les sociétés cotées en bourse, et ce, afin d’évaluer le niveau de leur rentabilité aux yeux des investisseurs. Son savoir et son savoir-faire en finance lui permettent, en s’appuyant sur les analyses qu’il établit, de prévoir à moyen ou à long-terme les évolutions boursières (Hausses et chutes de valeurs). Ce don de voyance est mis à la disposition des opérateurs de marchés et autres gestionnaires de portefeuille, voire au service de la direction financière-même, afin d’aider à la prévision budgétaire de l’entreprise. Un Master en Audit-contrôle, en finances ou un diplôme d’école de commerce ou d’ingénieur est indispensable. Les grandes banques exigent également certaines années d’expérience pour un poste aussi sensible.

Autres :

Les banques restent avant toute chose, des entreprises à part entière, avec divers besoins humains. Travailler dans une banque, ce n’est pas nécessairement être commercial ou financier.

Les techniques : Les opérations financières étant de plus en plus complexes, et entièrement numérisées, une équipe spécialisée dans la gestion informatique (Software et Hardware) de la banque est toujours présente. Dans cette catégorie viennent s’ajouter les techniciens et ingénieurs informaticiens spécialisés en maintenance matérielle, ainsi que les chefs de projets informatiques responsables de l’aspect numérique des opérations financières.

Les supports : Evidemment, afin de gérer un flux humain de l’ampleur de la masse salariale d’une banque, il est nécessaire de disposer d’une équipe solide chargée des ressources humaines (Directeur de ressources humaines, assistant ressources humaines, etc).

Un commentaire

  1. selma-Reply
    28 avril 2017 at 12 h 59 min

    combien faudrait-il avoir au BAC pour faire ingénieur financier et combien d’années d’études à l’université ?

Laissez un commentaire

(+213) 021 21 95 94
Nous contacter
Nos brochures